Livre noir

Malades longue durée 2016

Epicondylite - Divergences entre le médecin traitant et le médecin contrôle concernant l’état et le traitement du patient.

C’est l’histoire d’un de mes patients suivi notamment pour une épicondylite droite, qui a entrainé 2 semaines de congé maladie en février. Il a repris le travail avec des douleurs et, il y a trois semaines, a dû arrêter le travail à nouveau à cause des douleurs.

Je lui ai prescrit un traitement et surtout du repos. Cela a permis une diminution des plaintes mais je juge qu’il faut encore un peu de repos avant de reprendre le travail.

Le médecin contrôle, par contre, trouve qu’il peut reprendre le travail. Je lui propose de faire une échographie qui confirme la tendinite mais il ne veut pas changer d’avis. Il dit qu’une échographie montre toujours quelque chose et que 3 semaines de repos sont suffisantes, d’autant que la plainte ne parait pas si douloureuse puisqu’aucune infiltration n’a été proposée.

Personnellement je ne suis pas pour proposer une infiltration, je pense que ce qui est nécessaire c’est du repos d’autant plus que la littérature scientifique indique que dans ces circonstances une infiltration n’est pas indiquée.

Ce cas relève une question que nous devons nous poser en tant que praticiens de la santé : Est-ce que nous devons soigner nos patients et faire au mieux pour leur santé ou faire en sorte qu’ils soient le plus rapidement possible de nouveau à leur poste de travail ? Sommes-nous obligés de prescrire le traitement le plus lourd pour convaincre le médecin conseil ou le médecin contrôle que le repos est bel et bien utile ? (témoignage d’un médecin généraliste)

(témoignage d’un médecin généraliste)